Tahn Celhán

[Forum RPG - Post-Apocalypse ] Si jadis l'humanité se fut unifiée, elle est désormais scindée en deux parties distinctes, deux communautés qui évoluèrent indépendamment et qui à leur manière, régressèrent jusqu'à devenir les peuples que nous connaissons.

Informations RPG :

Catégorie : Post-Apocalyptique
Limite d'âge : 17
Type d'avatar : Semi-réel
Taille des avatars : 200 x 320
Nombre de ligne : 15
Double compte autorisé ? oui

Contexte :

Bien des choses subsistent des civilisations d’antan. De la métropole en ruines aux robots défaillants, il suffit parfois de gratter un peu la mousse pour découvrir, dissimulées sous la flore, les reliques d’autrefois. La nature a repris ses droits sur des siècles de transformation en à peine quelques années. Aujourd’hui, bien que l’Homme se soit extirpé de son tombeau et qu’il reconquiert lentement le territoire dévasté qui jadis, fut le sien, il demeure encore maints trophées masqués par la flore envahissante. Parmi eux peut-être, se cache sa mémoire perdue, les souvenirs d’une époque depuis des siècles effacée de son esprit.


Nous sommes en l’an 352 de l’ère Haarvarne, 489 de l’ère Skalde et le monde ne se réduit plus qu’à un large continent, séparé par deux immenses murs infranchissables. L’humanité, à l’instar de ces terres, s’est divisée voilà 520 ans, donnant naissance à deux peuples qui évoluèrent séparément, confrontés chacun aux dangers d’un monde qui ne leur appartenait plus, jusqu’à bientôt, s’oublier.

Le premier groupe à s’éveiller s’installa à l’est du mur Shor Weyn, dans un territoire accidenté dominé par une végétation aussi abondante que menaçante, parfait camouflage d’une faune encore davantage hostile. Monstres mécaniques, prédateurs redoutables à demi machine, les créatures qui peuplent la région des Wenuas ont volé plus d’une âme à cette population qu’une vie entière passée sous la protection de lourds murs de bétons avait rendu docile.
Les événements finirent par forger ces hères. Lentement, ils apprirent à s’adapter à ce nouvel environnement jusqu’à s’y fondre sans jamais le modifier. Ils se changèrent en bêtes, devinrent des machines, tout en demeurant des hommes.
A leur tour hybrides, ils survécurent en régressant, cédant à un système archaïque et une vie tribale rythmée par les cycles lunaires et les célébrations, protégés par leur appréhension du monde, leur maîtrise du métal et des mécanismes de base de la robotique.


137 années plus tard, ce fut au second groupe de quitter la protection vacillante des souterrains pour redécouvrir un monde qui était sien.
Ses pérégrinations le menèrent jusqu’à l’ouest du mur Storr veg. Il s’installa le long d’un fleuve et posa les fondations d’une nouvelle civilisation sur les ruines d’une culture antique. Plusieurs années durant, il profita de ces installations défectueuses et des appareils délaissées pour prospérer. Il peupla une cité abandonnée, démarra d’antiques voitures, accorda d’ancestraux instruments, redécouvrit le pétrole, l’eau chaude, l’alcool, la musique et le papier.
Rapidement pourtant, l’homme prit conscience que nombre de ces technologies risquaient de disparaître, ou nécessitaient une énergie trop importante pour se permettre d’être gaspillées. Les dirigeants jouèrent d’égoïsme, bientôt, seuls de rares élus se virent autorisés à profiter des richesses laissées par leurs ancêtres. Les autres s’en privèrent, comme très vite, beaucoup d’autres libertés : confrontés à un univers bien différent et beaucoup plus complexe que la vie dans les bunkers, il devint nécessaire de mettre en place un nouveau système hiérarchique.
L’homme créa alors une toute nouvelle société, curieuse, articulée en cinq baronnies tantôt hostiles, tantôt alliées, répressives et orgueilleuses, proche d’un système féodal en dépit de l’utilisation encore conséquentes des technologies ancestrales. Il devint vil, peu préoccupé par la peine de son prochain. Les nobles se hissèrent au plus haut sommet, seuls bénéficiaires des denrées rares que devenaient les énergies fossiles, l’électricité, les technologies, le tissu de qualité ou l’accès au soins. Les autres vécurent de l’artisanat, à la lueur d’une lampe à huile, pauvres et réprimés.


Qu'importe que vous soyez un fier Hân ou un Werarn redoutable, un forgeron à la situation précaire ou une prêtresse respectée, chacun devra tôt ou tard affronter la responsabilité de ses choix. Qu'il s'agisse de vous impliquer dans la vie de votre communauté ou de demeurer spectateur intéressé, assumer ou fuir vos erreurs, participer à une rébellion ou même encore remonter les traces de vos ancêtres, qu'importent finalement les décisions qui seront les vôtres, car les conséquences de chacune d'entre elles s'avéreront certaines, palpables, elles influenceront votre vie comme celles de vos pairs, et quelqu'un, un jour, devra inévitablement faire face à la portée de ces actes passés.
Tahn Celhán
Ajout du forum sur XOOGGE par Nyskè le 28/01/2019.
Screenshots par Robothumb