La dyslexie sur Internet

Internet a toujours eu le plaisir et le loisir de cacher qui on pouvait être derrière un pseudo ou un personnage complètement inventé. Il cache certes notre identité, mais pas la façon de nous exprimer et notre affiliation à la langue française. Notre personnalité transparait dans notre langage.

Aujourd’hui, il va être question d’un sujet assez marginal et qui pourtant est fleuri de clichés : le handicap dans le monde virtuel.


Dans la famille des choses qu’on ne voit pas, qu’on ne perçoit même pas à l’oreille : l’ensemble des dys ! Ce sont des troubles d’apprentissage ou cognitifs en fonction des nuances. On peut les décliner en dyscalculie, dyspraxie, dysorthographie ou dysphasie par exemple. C’est si complexe que certains sont même incapables de décrire leurs troubles correctement ou même d'écrire leur handicap. Le cas le plus commun est celui de la dyslexie : un trouble qui survient à la lecture et pendant la retranscription écrite de l’orthographe.


Je suis maladeuuuuuuuh !

Sachez que la dyslexie est une affaire de famille. Elle est héréditaire, car elle se transmet forcément d’un parent à un enfant. Cependant, il faut nuancer : le parent susceptible d’avoir le handicap n’a pas forcément été diagnostiqué et peut ne présenter aucun trouble de l’écriture. C’est un trouble latent qui va forcément se développer sur un des enfants.


Pour faire cet article je ne suis pas allée regarder bien loin ce qu’on pouvait en dire. Il suffit de taper le nom dans Google pour tomber sur tout un champ lexical du handicap ainsi que des fautes de langage courant. Voici une petite liste non exhaustive : traitement, test de dépistage, symptômes, soigné, maladie.

Sérieux, on parle d’un handicap ou d’une bonne gastro qui nous cloue les fesses sur le trône avec notre ami Lotus ? J’ai même vu passer dans un article sur internet le mot « manifestation ». Genre c’est un remake de l’Exorciste. Car oui, ce n’est pas une maladie ni un truc paranormal comme le laisse penser les articles sur internet. C’est un trouble qui touche les fonctions du cerveau dans le traitement et la restitution des informations visuelles. Selon les chiffres il y aurait 4 à 5 % des élèves d’une classe d’âge qui seraient dyslexique et environ 7% de la population qui serait dys, tous confondus. Mais tout peut dépendre des pays et des degrés des troubles pris en compte dans le sondage.


Il faut se mettre à la place des gens dyslexiques et ne pas se moquer pour des fautes, aussi simples soient-elles. Les remarques sont monnaies courantes entre les élèves ou de la part du corps enseignant. C'est tellement plus facile de juger les gens sur leur orthographe plutôt que de considérer la difficulté qu'ils peuvent avoir à écrire correctement. Il n’est pas question dans cet article de parler des feignants la langue française, il s’agit simplement de bien faire la différence entre eux et ceux qui se battent pour s’améliorer. Il n’y a pas de recette miracle pour les distinguer, j’en conviens. Mais la partie qui suit va pouvoir vous aider à faire plus attention à ce que vous pourriez lire. Car effectivement, tout dys ne sera pas logé à la même enseigne par rapport à son voisin qui aura le même trouble. Un sera évalué comme léger (confusions, difficultés à associer un son à des lettres, difficulté à s’exprimer, changement de mots à la lecture) tandis que l’autre pourra être considéré comme moyen (écriture phonétique, difficulté à visualiser un mot mentalement, problème de lecture de mots peu communs comme œuf) ou encore son trouble aura une forme beaucoup plus importante (combinez les deux avec problèmes de traitements des sons et une lecture lente). On ne naît pas tous égaux.


Si le français était une langue de bisounours.

J’ai pu trouver dans mes lectures de règlements de plateformes diverses, quand il y avait une référence à ce handicap, ce genre de termes : « l'excuse de la dyslexie n'est pas très appréciée. » ou « le but est de maintenir un niveau d'écriture. » ou encore « être dyslexique n’est pas une raison. ». J’ai eu l’impression de lire un remake du livre de King avec Marche ou crève. En quoi est-ce une excuse de faire des fautes sans le vouloir ? Si de base, tu ne le remarques pas sans aide ? Il n’y a pas que des gens atteints d’un trouble léger, il n’y a pas de Saint Juste sans faute d’orthographe.


Certains possèdent un fort degré de handicap avec des erreurs à tous les mots, des confusions simples entre le M et le N, le F et le V, le B et le D, le P et le B. Je ne vais pas tomber dans l’explication scientifique mais dans leur cerveau, ces lettres se ressemblent visuellement et parfois à l’oreille. Sans parler que la langue française est l'une des langues les plus complexes. Un mot peut se décliner de façon infinie pour eux. Prenons un exemple très simple : philosophie. Il y a le PH qui fait pareil qu’un F. Le O qui peut être décliné en Ô, EAU, AU voir A pour les mots anglais. Le S qui peut se lire comme un Z avec la difficulté qu’un X peut se lire Z. Sans parler du E muet. Voici une liste de déclinaisons possibles dans l’esprit complexe d’un dys :

-    Filosofi.

-    Filozofi.

-    Philosofi.

-    Philozofi.

-    Filosophi.

-    Filozophi.

-    Fileauseaufi.

-    Filausauphie.

Si on vous les lisait, vous auriez vu une différence à l’oreille ?


Le débat qui fait passer la personne comme un empoté de la langue est erroné. Un dyslexique veut et peut s’améliorer si on lui donne les moyens d'y parvenir et si on l’encourage. Malgré les difficultés, un dyslexique peut écrire comme n’importe qui. C’est seulement la manière de parvenir au résultat qui va changer. Certes c’est compliqué de comprendre et déchiffrer mais ils arrivent toujours à compenser leurs faiblesses. Certains sont doués en mathématiques, d’autres en informatique, une minorité en langue car ils ont toujours besoin de prouver qu’ils méritent leur place dans la société.

Si les gens tiquent simplement ou si certains jouent dans la catégorie des grammar nazis, dites-vous qu’un dyslexique n’a pas besoin d’eux pour se mettre la pression. Il le fait déjà très bien tout seul. Les sites d’orthographes sont sympathiques effectivement quand tu comprends ta faute. Mais certains sites ne se focalisent pas forcément sur la forme de la phrase ou pointent une faute qui peut ne pas en être une. Rien n'est plus efficace que l’œil humain pour s’aider.


La picouse dans le bras ou la fesse ?

Ni l’un ni l’autre en fait. Remontez votre pantalon ! Pour améliorer son français lorsqu’on est dys c’est plus complexe qu’on peut l’imaginer. Il faut combattre le mal par le mal de façon amusante et instructive. Le but n’est pas de dégouter encore plus les gens dyslexiques dans la langue ou l’écriture. Aligner une longue phrase pour dire ce qu’on pense n’a pas de prix. Eux aussi ont ce droit. Plus on écrit et plus les choses rentrent. Le meilleur moyen pour progresser plus vite est encore d’aller faire des séances d’orthophonie. Pour simplifier les exercices, car comme vous l’avez compris, tout dépend du degré, ils pourront rééduquer leur œil en faisant l’affreuse chose qu’on déteste tous : la dictée ! Je rassure, l'intérêt est de capter leur attention. Pour cela, ils peuvent jouer à des jeux de société qui consistent à créer une histoire et à l’écrire. Ils développent également leurs autres systèmes de mémoire : visuelle (couleurs, cartes mentales), auditive (des enregistrements, des répétitions, des épellations) ou kinesthésique (ouais ça existe c’est le fait de lier un souvenir, une idée à un geste ou une sensation).

Alors ne pensez pas non plus qu’en deux coups de cuillère c’est bon, les gens sont guéris. Miracle ! Sortez le champagne ! Non. Dites-vous qu’ils en ont pour trois, sept, douze ou dix-huit ans d’orthophonie. Et ce à raison d'une, deux ou trois fois par semaine en fonction du degré et de la réception aux exercices.


Personne n’apprend au même rythme. Pour arriver au point B ils iront forcément chercher ailleurs en passant par le point C au lieu d’aller tout droit. C’est un mécanisme tout à fait instinctif pour eux. La logique d’un enfant ou d’un adulte dys et peu importe son trouble est différente. Pour expliquer simplement, nous avons trois zones du cerveau qui fonctionnent lorsqu’on lit une information. Une personne sans dyslexie fera ainsi :

• Décodage de l’orthographe Traduction des lettres en sons Analyse sémantique.

Une personne dyslexique fera plutôt :

Analyse sémantique c’est-à-dire ici; la décortication des premières lettres Traduction des lettres en sons avec le panel mental automatique et des mots susceptibles de correspondre et déjà connus dans leur vocabulaire Décodage de l’orthographe.  

Schéma du circuit de l'information.

Il y a aussi possibilité de prendre rendez-vous avec un orthoptiste. Le but est de faire un bilan des mouvements du regard et de l'efficacité de la vision. En effet, des chercheurs de Rennes en 2017 ont découvert que la dyslexie était aussi lié à un problème oculaire.

La fatigue des gens ayant ce handicap est aussi connue. Tenter d’être irréprochable dans son orthographe est un travail long et qui demande autant que de soulever des haltères pour eux. Le mécanisme mental et les règles de grammaire et de conjugaison qui défilent dans leur cerveau sont aussi rapides qu’un ordinateur en train de faire un calcul. S’il arrive à ne pas faire de fautes lors des premières lignes, sa capacité va drastiquement baisser à mesure que le temps file. Au bout d’une heure voire moins, les fautes seront potentiellement plus nombreuses et qualifiées de “bêtes”. Un pluriel oublié, un accent ou un échange de lettres pour ne citer qu’elles.


Merci pour ce potentiel moment.

C’est un handicap invisible. Faites attention de ne pas non plus faire de faute de langage entre ceux qui ont la flemme de faire attention à leur français approximatif et les dyslexiques. Contrairement à eux, ils ne peuvent malheureusement pas faire autrement. C’est inscrit en eux comme un code. Même avec tous les moyens du monde pour améliorer l’orthographe, ils ne seront pas exempts de fautes, d’oublier le participe passé ou de donner un verbe qui n’existe pas. Il suffit que la fatigue soit présente ou d’un automatisme dys pour écrire quelque chose qui ne veut rien dire.


Il est compréhensible que les administrateurs, correcteurs et autres soient gênés par des fautes d’enfant de primaire. Il faut néanmoins essayer de faire preuve de discernement et de subtilité dans les propos utilisés à leur égard. En plus de les stigmatiser, cela va assurément les décourager. Un conseil purement altruiste, si vous en croisez un au détour d’un forum ou ailleurs, aidez-le à s’améliorer, s’il le souhaite. En retour, il saura vous remercier de votre bienveillance. Le fait de mentionner seulement que son texte ou autre est rempli de coquilles ou de fautes ne va pas l’aider à les comprendre ni à les rectifier à l'avenir. Il restera au point mort. On apprend tous encore et ça, peu importe l’âge.


Dans le travail ou la vie de tous les jours, leur handicap leur pèse et les range dans une case. Internet n’est pas censé être un lieu de liberté ? Ou alors faut-il avoir BAC +72 en orthographe pour se permettre de donner son avis, écrire ou partager ? Tout le monde fait des fautes. On peut juste éviter d’en faire trop avec de l’entraînement. C’est comme un job, vous n’aurez pas l’expérience nécessaire si on ne vous donne pas votre chance. Là c’est pareil.


Je précise, ne partez pas encore ! En fouillant, j’ai trouvé des forums ou même des blogs mettant en avant la communication et l’information. Certains demandent, si l’envie du joueur se fait sentir, de préciser de façon privée s’il est atteint d’un dys en particulier. Ce n’est pas chouette ça ? Car rien ne vaut la communication pour éviter des remarques blessantes. Il est possible donc que les gens s’adaptent et aident. Il n’y a pas de solution miracle à part la patience et la compréhension.

Oxymore
Présentation de l'auteur.e :
“ En étude dans l'archéologie et l'histoire de l'art, ça déterre autant les morts que les vivants, avec la précision d'une bibliographie longue comme le bras. Oxy est comme son pseudo, une contradiction humaine. Tel le clair obscur, elle est plutôt obscure et pas claire. Le café, ça ne la réussi pas. Sa présence dans le projet s'est faite au détour d'une conversation et d'un désir, non dissimulé, de renouveau. Abandonnant pour un temps le monde du RPG, XOOGGE et son immense grise ont bien voulu d'elle. C'est ainsi qu'elle est devenue rédactrice ”

Nos derniers articles Voir tout

Approfondir votre personnage

Au fil de mes pérégrinations rpgiques, j’ai mis en place quelques astuces pour mieux découvrir mes personnages. Car non, la fiche de présentation n’est pas le seul moyen de bien le connaître, bien au contraire ! Certain·e·s rpgistes - et j...
Le 29/06/2020 à 20:08 • jojofeels
#rpg #article #écriture

Palettes aux merveilles - 10 sites de générateurs de couleurs.

"Je n'ai pas de citation pour cette fois..." - Oxymore. Depuis un certain temps déjà, je m’intéresse au graphisme et au codage surtout, je me suis demandé beaucoup choses. En fait, non, je me pose toujours des questions mêmes les plus inutile...
Le 15/06/2020 à 21:30 • Oxymore
#Aide #CSS #Article #Color

La position en CSS : relative, absolute ou fixed ?

On se dit que l’on connait le comportement du positionnement en CSS, mais il arrive bien souvent qu'on soit face à des comportements inattendus, qu'un bloc ne se situe pas là où on le souhaite et qui nous fassent perdre patience. J'aimerais donc...
Le 08/06/2020 à 21:30 • Nevyin
#CSS #Position #Relative #Absolute #Fixed

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article. Soit le premier : Identifie-toi
Screenshots par Robothumb