Le plagiat, une fraude morale

« Le plagiat consiste à "reproduire un texte, une partie d'un texte, toute production littéraire ou graphique, ou des idées originales d'un auteur, sans lui reconnaître, par des guillemets appropriés et par une indication bibliographique convenable, la paternité des lignes en cause". Pour résumer, le fait d'omettre de citer ses sources (qu'elles viennent d'internet, de document papier ou autre) est un acte de plagiat. Néanmoins, il est souvent difficile d'établir une distinction entre l'inspiration, l'imitation et le plagiat. Il est donc nécessaire de définir ce qui est permis ou ce qui constitue une fraude. »


C’est ainsi que définit l’université de Nantes sur son site la notion de plagiat. Un mot un peu effrayant et dissuasif très souvent évoqué sur Internet dès qu’il est question de création et partage d’idées. Pourtant, le plagiat n’existe pas en tant que tel dans le droit français. Il est plutôt assimilé au délit de la contrefaçon définit dans le Code de la Propriété Intellectuelle. J’ai compris au gré d’une recherche plus pointue qu’il était souvent utilisé à tort et par moi la première. Avant de parler de délit, je crois que le plagiat est avant tout une fraude morale aux règles et aux limites définies selon le contexte, le support et le ou les concernés.

Je n’ai pas su trouver de définition exacte et juridique hormis celle du dictionnaire. Il s'avère que les universités ont toutes des chartes uniques sur le plagiat, ce qui prouve que celui-ci n’est pas bien encadré et libre d’interprétation. La définition que j’ai décidé de vous donner était celle qui se rapprochait le plus de l’idée que je me fais du plagiat. Oxymore ou Niikoneko aurait pu vous donner une tout autre définition s’ils avaient abordés le sujet à ma place. D’où le terme fraude morale : un acte interdit par une pensée éthique.

En quoi sommes-nous concernés ?

Par nous, j’entend, nous, communautés d’Internet qui partageons et créons librement. Fautes de juridictions claires, nous imposons nos propres règles et exécutons notre propre justice. Tout le monde peut donc pointer du doigt autrui et crier au plagiat. Une dénonciation rarement gratuite mais cela ne veut pas dire qu’elle est approuvée par tous. Comme le dit si bien la définition de l’université de Nantes, comment démêler le vrai du faux entre inspiration et imitation ? Puisque nous ne sommes pas soumis à des droits d’auteur, cachés majoritairement sous des pseudos et que ne nous commercialisons rien, c’est une guerre aux mérites et aux crédits.

Le dénonciateur accuse un coupable et ce dernier peut se défendre, ou non, et invoquer l’inspiration d’une autre création dont s’est sûrement aussi inspiré le dénonciateur. Il y a aussi des chances pour que le créateur de ladîte oeuvre se soit aussi inspiré d’un autre, et ainsi de suite. Une réaction en chaîne qui ne provoque que frustration et colère. La bonne recette d’un drama comme les internets les aiment.

Je n’essaye pas de minimiser le plagiat. Il n’y a rien de plus désagréable de voir son travail copié ou volé. C’est une marque d’irrespect. Mais là encore, les interprétations divergent. Plus jeune, je me suis mise dans des états pas possibles et j’ai mené des croisades dignes des religions contre le plagiat. Aujourd’hui, je me sens plutôt mal pour celles et ceux qui plagient. Premièrement, parce que je suis persuadée que c’est une faute commise très souvent involontairement et dont j’ai été coupable plus d’une fois. Je ne compte pas le nombre d’images non-libres de droits que j’ai utilisé sans autorisation et qui après un ou deux filtres photoshop sont devenues « mes créations ». Deuxièmement, parce que ces accusations font beaucoup de bruit et mènent à un conflit qui se règle rarement seulement entre les deux concernés. Si certains sont sans pitié, je ne suis pas une fan des pugilats publics ou privés.

Éviter le plagiat et réagir face à lui

Il y a une façon très simple d’esquiver tout ça et ce qu’importe ce qui est créé ou partagé : les crédits. Les utilisateurs de Forumactif sont habitués au sujet « les crédits » ou aux notions dans le footer de la plateforme. Je regrette néanmoins que les crédits ne soient souvent donnés qu’aux créateurs de la plateforme. C’est un bon endroit pour lister ses principales inspirations, les auteurs des images utilisées et les autres sources. Tâchons de ne pas les oublier et d'aller se renseigner. Qui sait, ça peut permettre à d'autres de découvrir de nouveaux artistes.
Petit plus, si possible, contacter directement le concerné est l’assurance ultime de ne pas s’attirer les foudres de ce dernier. Demander une autorisation ne coûte rien et je suis persuadée que la plupart seront, en plus d’être d’accord, flattés et prêts à aider si besoin.

Or si c’était aussi facile je n’aurais jamais écrit cet article et évoqué les guerres que provoque le plagiat. Chaque situation est unique, je n’ai malheureusement pas de solution miracle à propager sur la toile. Je ne peux que rappeler qu’il vaut mieux aborder le sujet de façon respectueuse. Et puisque ce n’est pas évident de ravaler sa frustration et d’aller se confronter à une personne dans le calme, faire intervenir un tiers (une personne, pas une armée) raisonnable et de confiance peut être une bonne idée. Il est toujours drôle d’attraper son paquet de popcorn et de regarder une débâcle publique mais il vaut parfois mieux organiser une discussion privée qui permettra aux deux parties de s’exprimer naturellement et sincèrement. Sur-réagir devant tout le monde pourrait tout aussi bien porter préjudice à l’un qu'à l’autre.
Enfin, dans une dernière parole de sage, je ne peux que conseiller à celui qui se retrouve accusé d’être honnête. S’inspirer des créateurs qu’on aime n’est pas une faute en soi et il arrive qu’on dépasse les bornes en copiant au mot ou pixel de trop, faute d’une trop grande admiration. Les excuses fonctionnent toujours, promis.

Kim
Présentation de l'auteur.e :
“ Responsable de la circulation ferroviaire et potentiellement de votre retard au travail ce matin, community manager de l’Instagram de son chien Loulou et testeuse chevronnée de lieux improbable où dormir. Kim a longtemps suivi XOOGGE dans l’ombre avec admiration avant de devenir rédactrice parce qu’elle s’est rendu compte qu’elle avait toujours quelque chose à dire sur les forums rpg. Quand elle ne créé pas un énième tableau Pinretest d’inspiration, il est certain qu’elle s’est perdue sur le dernier jeu de gestion qui va mener sa vie sociale à sa perte. ”

Nos derniers articles Voir tout

Les graphistes sous-traités

Quand on pense forum ou plateforme internet en général, ce qui va nous intéresser est le contenu. Pour un forum ce sont les écrits, pour les autres plateformes cela va dépendre. A moins que la plateforme soit dédiée aux graphismes, son designe...
Le 20/01/2020 à 18:57 • Niikoneko
#Graphismes #RPG #Entraide

Vœux et objectifs de l’année 2020 sur XOOGGE

Une année s’achève. 2019 est arrivée à son terme et j’espère que vous aurez réussi à faire ce que vous vouliez, tant dans vos études ou votre travail que dans votre vie personnelle. Me concernant, cette année a marqué ma conversion pro...
Le 06/01/2020 à 18:00 • Nevyin
#BonneAnnée #Objectifs #2020

Le Yaoi, une histoire de minorité

Comme toute personne qui se pose des questions, j’en suis venue à me poser la suivante : quelle est la vision des forums Yaoi dans le monde du RPG ? Il faut le dire, je confesse, j’ai été une adepte de ce genre pendant trois ans. Je suis entr...
Le 30/12/2019 à 21:00 • Oxymore
#Article #Forum #Yaoi #RPG #Clichés #Minorité
Screenshots par Robothumb